Paroles : do Sal

Dans l'ordre du disque:

1- Antonim Marta
2- Angola
3- S'um Sabia
4- Nhô mané Valentim
5- Bia
6- Mamá cabra
7- Caminho de Djá Brava
8- Cavól tá bai, cavól tá bem
9- Moço amador
10- Ribeira d'Vinha
11- Disgosto profundo

Plus deux titres initialement prévus mais non maintenus sur la version finale

Doce visão di céu
A mim ê quê Manê Dadá

 


Qu'elles soient tristes et nostalgiques pour les mornas, vives ou révoltées pour les coladeiras, ou inspirées des rythmes brésiliens de la samba, ces chansons traditionnelles racontent souvent des histoires de la vie quotidienne pleines d'enseignements, s'inspirant de faits divers colportés d'un village à l'autre

Grand merci à Teofilo CHANTRE pour les traductions en français



Antonim Marta
(auteur - compositeur : D.R.)

Histoire terrible d'inceste, où les gens du village crient, révoltés, « Antonim Marta, pourquoi as-tu touché ta fille ? Un père ne doit pas faire ça, fiches le camp ». Ils lui disent qu'il seront là, le jour où il sera jugé, pour entendre la sentence

(coladera)

Oh ! Antonim d'Marta
Trabóie é ess já bô fazé
Pai ca ta pega na fidje

Fora, fora malondre
Fora, fora, catchórre
Fora, fora Antonim d'Marta
Pai ca ta fazé ess cosa

Fora, fora malondre
Fora, fora, catchórre
Oi fora, fora, fora, fora
Antonim d'marta

Se algum dia bô for
Lá julgado nôs tûd

Tem que bá assisti
Aquel grande julgamento

Antonim Marta
Regardes moi ce travail!
Un père ne doit pas faire ça à son enfant

Dehors, dehors malpropre
Dehors, dehors chien
Dehors, dehors Antonim Marta
Un père ne fait pas cees choses

Dehors, dehors malpropre
Dehors, dehors chien
Dehors, dehors, dehors, dehors,
Antonim Marta

Le jour où tu seras jugé

J'espère assister
A ce grand jugement

retour

 

Disgosto profundo

Déception profonde
(auteur - compositeur : Lela De Maninha)

La morna préférée d'Herminia, qui interprète de manière poignante cette chanson qui raconte, après une déception amoureuse, un dégoût de vivre si profond, que seul Dieu peut le comprendre.

(morna)

M tem um disgosto profundo
Sô deus na céu sabê
Sê páme ama'mas alguem ness mundo
Antes di nha hora m morrê !

Pa mi bô è santa
Bô ê um anjo di céu
Djá m qu'rebo tam tcheu
Sima amôr di nha mãe

Bôs odjos preto stancadinho
Di note scuro simc'ma breu
Câ tâ dixa-m odjá caminho
Pá-m bai pa céu

Pa mi bô é um do r
Bô é un ferida sem cura
Palavra bem dura
Qui deus mandá di ceu

Ma déception est si profonde
Que Dieu seul peut savoir
Si je dois aimer encore en ce monde
Je préfère m'en aller

Tu es une sainte
Un ange du ciel
Je t'aime tellement
Autant que ma mère

Tes yeux noirs comme la nuit
Ne me laissent pas entrevoir
Le chemin du ciel


Tu es ma douleur
Une blessure incurable
Que Dieu m'a envoyé
Du ciel

retour

 

Cavól tá bai, cavól tá bem

Le cheval s'en va et revient
(auteur - compositeur : D.R.)

Une chanson de Boavista, qu'elle a apprise à 8 ans, qu'elle a fait découvrir au monde entier, et qui l'a rendue célèbre, au point qu'on l'appelle au Cap-Vert « Herminia Cavole (le cheval). Elle raconte l'accident mortel survenu à un voyageur de commerce et à son cheval. En apprenant la nouvelle, sa femme, pleure, non pas son mari, mais le cheval ! Car sans cheval, elle ne peut rien ; et puis « un cheval qui part, revient ; alors qu'un mari qui part, ne revient pas forcément ». Les villageois s'indignent : « pourquoi pleures-tu ton cheval, et pas ton mari ? Un mari est unique, alors que tu peux toujours acheter un autre cheval. » Elle pleure alors son mari

(coladeira galope)

Bia sê bô tchorá cavól oi bia !
Bô tchorá bô marid
Bia sê bô tchorá cavól oi bia!
Bô tchorá bô marid

Cavól tá bai, cavól tá bem
Cavól tá bai, cavól tá bem
Bô marid tá bai, ca tá bem m µ s

Adeus oh ! Nha marido
Rolá pa rotcha bóche

Bia ne pleure pas le cheval
Bia pleure plutôt ton mari
Bia ne pleure pas le cheval
Bia pleure plutôt ton mari

Le cheval s'en va et revient
Le cheval s'en va et revient
Ton mari ne revient jamais

Adieu mon mari
Qui a dévalé la montagne

retour

 

Bia
(auteur - compositeur : Bonaventura Fortes)

Une chanson qui lui tient particulièrement à cur, car elle raconte l'histoire d'un militaire, Fortes, oncle d'Herminia, nommé pour l'île de San Antao. Son aimée, Bia, qui est aussi l'un des noms d'Herminia, est triste de son départ. « Bia, ne pleure pas, je prends le chemin de Porto », lui dit-il. Mais en passant le bras de mer qui sépare les deux îles, il est tellement touché par sa tristesse et par les signes d'adieu qu'elle lui envoie, qu'il décide de lui écrire cette chanson.

(morna)

Bia, ca bô tchorá nada
M' ti ta bai nha caminho
Pa porto novo oh ! Bia

M passá Mar di Canal
M oiá ta cená
Mas um ca tinha reméde oh ! Bia

Bia ne pleure pas
Je m'en vais à Porto Novo
Oh Bia

De la mer
Je t'ai vue me faire signe
Mais il n'y avait pas d'autre remède
Oh Bia

retour


Nhô mané Valentim

Monsieur Manê Valentim
(auteur - compositeur: Neves Almeida)

Histoire d'une femme qui fait des avances à un homme dont elle a envie. « -Tu veux du café ? » « -Non « -Tu veux du thé ? » « -Non » . Il dit non à tout. En fait, tout ce qu'il veut, c'est juste passer la nuit avec elle

(Samba)

O nhô mané valentim, oi, oi
Bocê entra par dent, oi, oi
Bocê bem t'ma cafê
Cafê di madrugada

Cafê m ca qu'rê
Um ca ta bebê chá
Mim 'm ca qu'rê nada
M qu'rê sô pa nô vivê

O nhô mané valentim, oi, oi
Bocê entra par dent, oi, oi
Bocê entra par deva garim
Mó mama cásta

Cafê m ca qu'rê
Um ca ta bebê chá
Mim 'm ca qu'rê nada
M qu'rê sô pa nô vivê



Entrez monsieur Manê Valentim
Venez boire le café de l'aube


Je ne veux boire ni café ni thé
Je veux seulement
Que l'on profite de la vie

retour

 

A mim ê quê Manê Dadá

C'est moi Manê Dada
(auteur - compositeur : Manê Dadá )

(Morna)

A mim ê quê Manê Dadá
Dadá dá tud f'cá baziu
E agora m ca tem nada pa dá (gastá)
Ainda por cima ês falá mal
Nha Pai na Argentina

Oh! Mamá, oh! Mamá, oh! Mamá,
Oh! Mamá, oh! Mamá, oh! Mamá,
A mi ê quê Manê Dadá
Manê Dadá dá tûd f'ca basiu

Tûd manera o cum gastá ma ês
Nha Pai já ca manda nada
Ainda por cima m ca tem nada pa gastá

Oh! Nha Paula tita bem flá bocê
Q'ma ês manda flá nha Pai
Pa Argentina
Ma nha vida na São Vicente
Ê loja, loja copo e garrafa



C'est moi Manê Dada
Celui qui donne tout ce qu'il a
Et reste sans rien

Ils sont allés dire à mon père
En Argentine
Que ma vie ici à Sao Vicente
Est dans les bars
Entre un verre et une bouteille

Mon père ne m'envoie plus rien
De peur que je boive tout

retour

 



Ribeira d'Vinha
(auteur - compositeur : Marcel)

(morna)

Ribeira d'Vinha bô ê sabe
Bô ê sabe bô ê doce
Bô ta fazê gente morr$e

Oh ! li na na ah!
Ah! na na ah!
Ah! na na ah!

Nô ta bá pa nôs picnic
Tûd domingue
Nôs garrafon d'vin pa frente
Pa nô podê passá sabe

Ribeira d'Vinha
Est un lieu plaisant
Qui nous fait mourir de plaisir

Oh ! li na na ah!
Ah! na na ah!
Ah! na na ah!

Tous les dimanches
Avec la bonbonne de vin
En étendard
Nous allons y pique-niquer

retour

 



Moço amador

Jeune homme aimant

(auteur - compositeur : Fausta Dada - Franck Amador)

Quelqu'un chante à un « garçon amoureux » : « laisses moi te chanter une chanson ». Il lui chante alors une sérénade, en disant tout ce qu'il a sur le cur

(morna)

Ó Moço Amador
Dixam pidibo perdão
M ta pidibo di coração
Bem perto di mim
Bô bem cabame co ess dôr

Dixame fazebo nha confissão
Oi ligante di carinha risonho
Se laguém foi causa di nha pedição
Hoje ê ta parceme un sonho
Perdão oh flor sem igual
Ojá pa mim bô ê sem rival

Jeune homme aimant
Je te demande pardon
De tout mon coeur
Viens auprès de moi
Pour que j'apaise ta douleur

retour

 



Mamá cabra

Téte-chèvre
(auteur - compositeur : Antònio Violão)

Quelqu'un fait appel à ses amis pour venir voir ce qui se passe dans le village, car des filles viennent y voler régulièrement le lait des vaches ou des chèvres de Mr Martim. Or, tout le monde a peur de lui, car on sait que s'il attrape une fille, il l'attache et il la fouette. « Il faut quand même du courage, pour oser le faire malgré tout»

(coladeira)

Oi mnis bocês bem oia
Menininhas nova
Ta mamá cabra d'gente

Corré, corré
Quel moço nha Martim
Si bô panhãs bô lesardás
Pau na costa

Oi mnis bocês bem oia
Menininhas nova
Cabá q'tûd sês valor

Venez voir
Les jeunes filles,
Tétant les chèvres des autres

Courrez, courrez
Le fils de monsieur Martim
Les cherche avec un bâton

Pauvres jeunes filles
Elles sont en train
De perdre toute leur valeur

retour

 


Doce visão di céu

Douce vision du ciel
(auteur - compositeur João Cardoso)

(morna)

Oh ! doce visão di céu
Qui ca tem más doce nês mundo
'M ta sonhácu bô nha cretcheu
Sonho doirado, tão profundo

Bô era um anjo divina
Qui dichi lá di sê trono
Pa bem iluminame ess
Nha destino, pa
Acalentame ess nha sonho

M detá m bá dormi
M sonhá m sonho di amor
Na sê peito m sorri
Sonho doirado, tão profundo

Más tarde quand m bem cordá
Qui m oiá ta cré fugi
M s'pial chei ta tchorá
Qual céu parcê el bai subi


Oh douce vision du ciel
J'ai rêvé de toi mon amour
C'était un rêve doré et profond

En me reveillant
Mon rêve s'enfuyait déjà
En pleurant je l'ai vu
S'éloigner vers le ciel

retour

 

 



Angola
(auteur - compositeur: Ramiro Mendes)

Herminia chante cette chanson immortalisée par Césaria Evora, sur un rythme plus rapide, pour dire la satisfaction d'un homme qui est parti vivre en Angola, et qui y est tellement heureux qu'il ne pense pas revenir, même s'il a la nostalgie

Ess vida sabe q'nhós ta vivê
Paródia e nôte manchê
Sem maca ma cu sabura

Angola, Angola!
Oi qu'povo sabe
Ami nhó ca ta matame
M bem cu hora pame bánha camiho

Ess convivência dess nhós vivência
Paciência dum consequência
Resistência dum estravagãncia

 

Angola, Angola

Quel peuple plaisant
Mais de plaisir
Je ne vais pas mourir
Je suis venu pour repartir

retour

 

 



Caminho de Djá Brava

Sur le chemin de l'île de Brava
(auteur - compositeur Julóca Feijó)

(morna)

Na caminho de Djá Brava
M sai dondê qu'um stava
Coração bateme más forte
Simá q'um scapá di morte

M encostá mon na nha rosto
M sintá m djongá cu gosto
Lua clôre pome tá spantâ
M spial m pô ta cantá

Oh lua dixame spiá-bo
Nha cretcheu tambem el ti ta odjabo
Andá na céu divagar
Ilumiam camiho na mar

Pla manhã q'ond manchê
Q'um oiá Djá-Brava parcê
Parcem cinmá céu que abri
Pa nhor deus arri co mim

Antes que na terra m po pê
Fê que nunca m perdê
Lua clôre pome tá spantá
M spial m pô ta cantá


Oh lune laisse moi te regarder
Mon aimée aussi te regarde
Traverse le ciel doucement

Au petit matin
Quand j'ai vu l'île de Brava
C'était comme si le ciel s'ouvrait
Et que Dieu me souriait

retour

 

 



S'um Sabia

Si je savais
(auteur - compositeur D.R.)

Une jeune fille pleure son aimé, mort trop tôt, bêtement, en manipulant son pistolet. C'est injuste, si elle avait su qu'on pouvait mourir si jeune, elle n'aurait pas voulu tomber amoureuse. Elle est si triste, et pleure tant, qu'elle ne veut plus aimer personne. Son cur s'est définitivement fermé

(morna)

S'um Sabia má gente novo
Ta morrê cede
M ca ta perde
Nha mascutim doirado

Oh! Mãe oh! Mãe
Salga d'mund
Mun ca bô cabá nada
Mãe ca bô tchorá nada

Sê pa nô crê
Rapazim de São Vicente
Nô ta pô sete boina
Nô ta cambá Dakar

Tambem sê pa nô crê
Quês minininha d'São Cente
Nô ta fugi num vapor grego
Nem quel bá pa fundo

Si je savais que les jeunes
Pouvaient mourir
Je n'aurais pas égaré
Ma petite chaîne en or

Si l'on doit aimer
Les garçons de Sao Vicente
Mieux vaut s'en aller à Dakar

Si l'on doit aimer
Les fille de Sao Vicente
Mieux vaut s'enfuir à bord d'un bâteau grec
Même si c'est pour ombrer avec

retour

© 2007 Claire Couratier (site et photographies)